The Killers – Hot Fuss

The Killers

Comme Franz Ferdinand dans un tout autre style, The Killers (dont le nom me donnera ci-dessous l’occasion d’un jeu de mots évident) a attiré l’attention du public dès le premier coup d’essai en produisant un album, Hot Fuss, dont a du mal à croire qu’il ne soit que le premier. Comme eux également, ils ont droit dans le même temps à des critiques du type “han, nan mais là, z’ont pompé sur ci ou ça et pis ça ça sonne trop comme ceci ou cela“. On s’en tape, tant Hot Fuss déchire sa race, ma chère.

Pas mal de titres, comme Mr Brightside, Smile Like You Mean It ou On Top sonnent très années 80s, avec force bidouilles et rythmes propices à secouer la tête sans bouger les pieds. D’autres se parent de glam et jouent les charmeurs ambigus, comme Andy you’re a Star, le titre le plus lent mais aussi le plus envoûtant de l’album. Quant à All these things that I’ve Done, il surprend par un choeur de gospel posé au milieu du morceau, après quelques accords de guitare électrique saccadés.

Liés entre eux par la voix de Brandon Flowers, aussi à l’aise dans les graves que dans les aigus, les tableaux de Hot Fuss baignent dans une ambiance nocturne, hésitant entre le blafard d’un néon et le trouble d’un bar enfumé. Le paradoxe de cet album, c’est que chaque titre possède à la fois l’énergie d’un morceau joué en live et la précision de l’objet qu’on a travaillé et traficoté jusqu’au bout.

Au final, la couleur de l’album est bien résumée par le dernier titre de Hot Fuss, Glamourous Indie Rock and Roll : Glamourous Indie Rock and Roll is all I need, nous y explique Brandon Flowers… Ben si c’est ton cas également, n’hésite pas à investir dans The Killers. Ca tue.

– J’allais pas passer à côté d’un jeu de mots top moumoute, tu me connais -. Ah oui, j’oubliais : merci à la Fredouille pour m’avoir offert l’alboum.

D’où qu’y viennent, ceux-là ?

Les membres de The Killers sont originaires de Las Vegas, ville pas franchement réputée pour sa scène musicale (si on excepte les nombreux sosies d’Elvis qui y exercent…). A l’origine du groupe, on trouve Brandon Flowers (chant/clavier) et David Keuning (guitare), deux djeunss aux influences similaires qui se sont trouvés par petite annonce en 2002. Plus tard, c’est de la même façon que sont recrutés les autres membres du groupe, Mark Stoermer (basse) et Ronnie Vannucci (percussion). Un nom piqué dans un clip de New Order (Crystal) et roulez jeunesse, The Killers sont parés à embêter les voisins.

En 2003, profitant de l’accès de Ronnie à la salle de musique de sa fac pour y bidouiller ses morceaux, le groupe réussit à auto-produire son premier album, Hot Fuss. Le bouche à oreille aidant, The Killers sont remarqués par un label britannique qui leur propose des dates de concert en Grande-Bretagne, où Island Records (également le label de U2) les prend ensuite sous son aile. En mars 2004, le single Somebody Told Me prend possession du Top 30 en Grande-Bretagne, bientôt appuyé par l’album, Hot Fuss, en juin 2004.